The Anti-McCann

François Monti on Denis Decourchelle’s debut novel La persistance du froid

On aurait envie de voir en La persistance du froid l’anti Let the great world spin : Decourchelle ne se livre pas à un chantage émotionnel, ne tente pas d’ajouter une relevance politique forcée, ne joue pas à prétendre qu’il est à l’aise dans tous les styles et toutes les voix. C’est un peu comme si McCann était le débutant qui veut trop faire et n’y parvient pas et Decourchelle le romancier expérimenté qui sait exactement ce qu’il veut faire et comment. Il confesse ne pas avoir d’imagination. On s’en fout. Et si McCann a obtenu un National Book Award sans qu’on comprenne pourquoi, on aimerait bien que La persistance du froid ait un peu plus d’écho et de lecteur. On saura pourquoi.